JVL – Journée de visibilité lesbienne


Programmation 2019




La JVL, d'hier à aujourd'hui


HORAIRE

* 11h00 à midi - Session de yoga présentée par lululemon

*Avant l’ouverture officielle de la JVL. Sur réservation, via Eventbrite (places limitées) Session de yoga au Never Apart pour les femmes LGBTQ et alliées. Venez pratiquer ce sport unique qui met de l'avant le bien-être et la santé. Pas besoin d'être une adepte, il suffit seulement d'avoir envie de bouger!

14h00 - Ouverture de la Journée de visibilité lesbienne 2019 et du marché communautaire et lesbien

Parcourez le marché communautaire et lesbien et découvrez les kiosques des organismes communautaires LGBTQ, en plus de ceux d'entreprises appartenant aux femmes de nos communautés. Artistes, startups - empowerment! Encourageons l'entreprenariat au féminin!

15h00 - Panel intergénérationnel 

Des femmes marquantes témoigneront de leurs souvenirs lesbiens positifs! Dans leurs domaines respectifs, ces militantes ont participé, à leur manière, à mettre de l’avant une visibilité lesbienne, à paver la voie pour les générations futures. Aujourd’hui, leurs voix portent plus que jamais, elles se font entendre! Nous désirons, par le biais de ce panel, offrir des moments d'empowerment aux femmes de tous âges, des moments d'Histoire lesbienne à travers les histoires de celles l'ayant écrite.

16h00 - Lecture et dessin pour les familles LGBTQ

En collaboration avec la librairie L'Euguélionne, vous pourrez assister à une lecture d'ouvrages en lien avec les familles LGBTQ. En plus, le livre de coloriage historique LGBTQ du Never Apart est un projet amusant et rétro-kitsch qui sert également d’outil pédagogique. Une grande partie de l'histoire LGBTQ a été effacée et n'est pas enseignée à l'école. En grandissant, beaucoup d'entre nous n'avaient pas de modèles queer. Dans Color by Icons, c’est à vous de colorier les lignes. Venez colorier vos icônes préférées!

17h00 - 5 à 7 festif

Venez célébrer la Journée de visibilité lesbienne sur la musique de plusieurs DJs invitées incluant notre porte-parole, Safia Nolin. Remise de deux prix spéciaux (visibilité et hommage) + discours et prix de présence.

21h00 - Fin

Vous aurez la chance de continuer la soirée dans un bar/établissement partenaire. À l'année prochaine!

PORTE - PAROLE ÉDITION 2019 : SAFIA NOLIN

Crédit: Jean-François Sauvé

Avec ses chansons à saveur folk sombre, Safia Nolin a su charmer autant la critique que le public, décrochant le Félix de l’Interprète féminine de l’année au Gala de l’ADISQ 2017, un an après avoir été nommée Révélation de l’année au même gala. Qu’elle chante ses propres compositions ou des reprises de classiques québécois, l’artiste nous transporte dans son univers singulier. Le troisième album de Safia Nolin - son deuxième composé de chansons originales - est intitulé Dans le noir et est paru le 5 octobre 2018 via Bonsound. Nommé sur la longue liste du Prix de musique Polaris et à l’ADISQ dans les catégories Album de l’année - Folk et Album de l’année - Choix de la critique, le premier album de Safia, intitulé Limoilou, est paru en septembre 2015 via Bonsound. L’artiste originaire de Québec a depuis remporté le prestigieux Prix Félix-Leclerc de la chanson 2016, le Prix Révélation de la SOCAN 2016 et deux prix au GAMIQ 2016 (Album folk de l'année et Auteur-compositeur de l'année). Au lendemain du Gala de l’ADISQ, en novembre 2016, Safia lance un album surprise intitulé Reprises Vol.1, sur lequel elle rend hommage à la belle musique d’ici. Elle s'y réapproprie huit classiques du répertoire québécois avec toute la sensibilité qu’on lui connaît. L'album décroche le Félix de l'Album de l'année - Reprises au Gala de l'ADISQ 2017.

PANÉLISTES INVITÉES

Des femmes marquantes témoigneront de leurs souvenirs lesbiens positifs! Dans leurs domaines respectifs, ces militantes ont participé, à leur manière, à mettre de l’avant une visibilité lesbienne, à paver la voie pour les générations futures. Aujourd’hui, leurs voix portent plus que jamais, elles se font entendre! Nous désirons, par le biais de ce panel, offrir des moments d'empowerment aux femmes de tous âges, des moments d'Histoire lesbienne à travers les histoires de celles l'ayant écrite.

Myriam Fougère

Myriam Fougère

Myriam Fougère

Myriam Fougère a fait de la photo et de la sculpture avant de s’intéresser à la vidéo. Pendant les années 1980, elle fait partie d’un collectif de femmes et de lesbiennes qui ouvrent un espace pour femmes à Québec, soit un bar clandestin doublé d’un espace culturel pour lesbiennes, nommé « la Maison des Elles ». De 1988 à 1991 Myriam Fougère et Lin Daniels organisent le « East Coast Lesbian’s Festival » dans l’état de New York, et en 1991, « Célébrations Lesbiennes », le volet québécois de ce festival. En 2007, Myriam réalise une oeuvre expérimentale sur le cancer du sein Déroutes et parcours. En 2012, elle filme, monte et réalise Lesbiana - Une Révolution parallèle, un documentaire à la fois personnel et politique, sur le mouvement des lesbiennes au Québec et aux États-Unis dans les années 80. Lesbiana - Une Révolution parallèle a été sélectionné dans plus de 60 festivals de films à travers le monde. En 2015, Myriam reprend la route avec sa caméra. C'est en Europe qu'elle voyage, cette fois, pour découvrir comment les jeunes féministes militent. Elle se joint à une Caravane féministe qui, pendant un voyage de 7 mois, va à la rencontre d'autres féministes à travers 20 pays d'Europe. Elles sont de France, de Serbie, du Portugal, d'Allemagne et du Brésil. Leur mission est d'aller rencontrer des féministes qui luttent localement, afin de créer des liens, de partager des stratégies et de s'encourager mutuellement. Myriam Fougère nous fait partager ce voyage dans Feminista, un “road movie” féministe, finalisé en 2017.

Laura Yaros

Laura Yaros

Laura Yaros

Laura Yaros est lesbienne, fière et militante, depuis 46 ans. Pendant des décennies, elle a collaboré avec divers groupes de lesbiennes, féministes et communautaires. En octobre 1981, sur les ondes de Radio Centre-ville, elle débute sa collaboration à l’émission féministe/progressiste hebdomadaire « Matrix », une émission de langue anglaise par et pour les femmes, incluant beaucoup de contenu à thématique lesbienne. Pendant 14 ans, elle a aussi collaboré à l’émission inter-équipe « Montréal sans accent », une émission progressiste hebdomadaire en langue française. Elle a fait partie de divers groupes pour LGBT juifs à Montréal : Montreal Jewish Lesbian Group, Ga’ava et Nice Jewish Girls. Avec sa conjointe, Beth, elle fait partie, depuis 2003, de la Congregation Dorshei Emet, la synagogue reconstructionniste de Montréal. Les deux femmes y participent activement tout en étant 100% visibles comme lesbiennes.

Monique Lavoie

Monique a œuvré comme travailleuse sociale auprès des enfants dans les écoles. « Mon coming-out fut le plus beau moment dans ma vie et j’ai hâte de le partager lors de la Journée de la visibilité lesbienne », exprime-t-elle sincèrement.

Gloria Escomel

Gloria Escomel

Gloria Escomel

"Je suis née en Uruguay, où j’ai vécu mes 20 premières années, pour ensuite aller à Paris, où j’ai fait ma licence en lettres. J’en suis partie en 1965 pour enseigner un an en Guadeloupe et je suis venue à Montréal en 1967 pour suivre la femme que j’aimais. J’y suis restée jusqu’à maintenant. Tout en enseignant, j’ai fait ici mon doctorat, je suis devenue chargée de cours à l’UdeM et à l’UQAM, et journaliste à la pige pendant une vingtaine d’années. J’ai participé aux premières journées de visibilité lesbienne au centre de la rue Gilford et écrit quelques articles dans la revue Treize. Dans trois de mes livres publiés au Québec, il est question d’amours lesbiennes (Fruit de la passion, Pièges, Les eaux de la mémoire). J’ai pris ma retraite en 2014. Je survis."

Animatrice: Johanne Coulombe

Johanne Coulombe

Johanne Coulombe

Militante depuis 1984 au sein du collectif de la revue Amazones d’Hier, Lesbiennes d’Aujourd’hui (AHLA), Johanne Coulombe cofonde, avec Dominique Bourque en 2014, Les Éditions sans fin. Celles-ci privilégient les œuvres de lesbiennes qui articulent de manière artistique, scientifique ou conceptuelle leurs visions du monde.

PRIX JVL

Judith Lussier

Prix Visibilité Lesbienne

Crédit: Daphné Caron

Judith Lussier est autrice, journaliste, chroniqueuse et animatrice. Titulaire d'un baccalauréat en Communication et Sciences Politiques de l'Université de Montréal, elle s'intéresse aux enjeux de société, et particulièrement au féminisme et aux droits des minorités sexuelles et de genre, qu'elle aborde notamment comme chroniqueuse d'opinion au Journal Métro. On lui doit plusieurs essais, dont L'aide à la procréation au Québec (VLB), Au-delà des limites: l'histoire des sports en fauteuil roulant (Flammarion), et On peut plus rien dire: le militantisme à l'ère des réseaux sociaux (Cardinal). Elle collabore aux émissions ALT (VRAK) et On se fera pas d'amis (Télé-Québec), en plus de coanimer la série de capsules féministes Les Brutes à Télé-Québec.

Line Chamberland

Prix Hommage

Line Chamberland est une militante lesbienne de longue date. Dès les années 1970, elle participait à la mise sur pied du premier regroupement de lesbiennes féministes francophones au Québec, la Coop-femmes. Depuis, elle s’est impliquée dans plusieurs organismes populaires et syndicaux ainsi que dans la revue lesbienne Treize. Sociologue de formation, elle s’est intéressée à l’histoire des lesbiennes au Québec et a publié un livre, Mémoires lesbiennes, qui rapporte les difficiles expériences des lesbiennes à Montréal durant les années 1950 et 1960. Elle a ensuite réalisé plusieurs recherches sur les différentes formes d’exclusion sociale et de discriminations envers les personnes LGBTQ, en particulier dans les milieux éducatifs, de travail et de santé. Depuis novembre 2011, elle est titulaire de la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’UQAM, qui bénéficie du soutien du ministère de la Justice dans le cadre du Plan gouvernemental de lutte contre l’homophobie et la transphobie au Québec. Elle dirige actuellement le projet SAVIE-LGBTQ, Savoirs sur l'inclusion et l'exclusion des personnes LGBTQ, qui regroupe un grand nombre de chercheur.e.s et de partenaires.

PARTENAIRES

       

Merci à la Banque TD de son appui financier pour la Journée de visibilité lesbienne, édition 2019!
Couverture Mouvement lesbien

Genèse et contexte historique



L’école Gilford. Le sous-sol de cette école primaire désaffectée fut, pendant près de dix ans, le seul lieu, outre les bars, où les lesbiennes pouvaient se retrouver. Ce fut à la fois un espace de travail, de réflexions, d’analyses et un laboratoire créatif pour plusieurs artistes, militantes et artisanes. Chaque année, une Journée de visibilité lesbienne s’y tenait. 

En 1982, la première Journée de visibilité lesbienne a lieu à Montréal en mars, sous le thème «lesbiennes et solidaires». Forte de son succès, la journée est reprise en octobre 1982 sous le thème « lesbiennes visibles l’une à l’autre». Ceci donnera lieu à la Journée de visibilité lesbienne en octobre de chaque année, jusqu’en 1992.

En 1993, la fermeture de l’école Gilford est un coup dur pour la communauté lesbienne montréalaise, privant par le fait même les femmes d’un lieu significatif d’appartenance. Ce contexte sera notamment tributaire de la création du RLQ, quelques années plus tard, en 1996. 


Assurer la pérennité de la journée


C'est nécessairement dans cette lignée historique que le RLQ, conjointement avec le Centre de Solidarité Lesbienne (CSL), organisera annuellement la Journée de visibilité lesbienne. 

À diverses époques, notamment dans les années 2000, la JVL sera organisée par d'autres organismes. Des années 2004 à 2008, elle sera entre autres organisée par le GRIS et Gai écoute (aujourd'hui Interligne) avec la remise d'un Prix visibilité lesbienne en 2008.

Image
Image

2019: Nouvelle formule


En 2019, la JVL est exclusivement organisée par le RLQ, avec le Centre de solidarité lesbienne (CSL) et Lez Spread The Word (LSTW) comme partenaires médiatiques.

La librairie féministe L’Euguélionne et la boutique de vêtements de sport Lululemon - Le local, se joignent à la JVL en tant que partenaires des activités.

Nous remercions tous nos partenaires, sans oublier l’apport financier de la Banque TD.

L’édition 2019 marque aussi la venue d’une nouvelle formule, avec une porte-parole pour l’évènement, l’auteure-compositrice-interprète Safia Nolin.

Finalement, avec la remise des Prix JVL, le RLQ désire souligner l’apport, l’implication et le travail de femmes importantes qui n’ont pas hésité à s’afficher pour mettre de l’avant les enjeux des femmes de notre communauté. La journaliste Judith Lussier se mérite le Prix visibilité lesbienne alors que Line Chamberland, titulaire de la Chaire de recherche sur l’homophobie et professeure à l’UQAM, se mérite le Prix hommage, pour l’ensemble de son oeuvre.


Archives


Image

Image

" C'est important d'avoir une journée où l'on peut se rassembler entre nous,  entre femmes qui aiment les femmes. Parler des sujets qui nous touchent plus particulièrement... Tant qu'il y aura des lesbiennes, il y aura une Journée de visibilité lesbienne!

Jessie Bordeleau
Image
Image
Image
Image