Portraits 2022

2022 PORTRAITS

DÉCOMPTE JVL - March 18 to april 26 2022!

Below you will find a series of biographies* of participants in the 2022 Lesbian Visibility Day organized by the RLQ - Réseau des lesbiennes du Québec - Femmes diversité sexuelle LGBT (Quebec Lesbian Network – Women on the LGBT Sexual Diversity spectrum).

* The individuals active in current lesbian culture; by being visible, lesbians, bisexual women, as well as queer, pansexual, non-binary, two-spirit, and trans + people make this day what it is.

Crédit photo: Émilie Lapointe
Credits : Gin Bergeron
Credits : Martine Michel
Credits : Sarahmée
Credits : Janicka MacKinnon
Credits photo : Chloé Viau
Credits : Julie Antoine
Credits : Bernadette
Credits : Julie Fortier

FINANCIAL PARTNERS

Coco Belliveau

Coco Belliveau est fière de porter le flambeau de la visibilité à titre de porte-parole de la Journée Visibilité Lesbienne 2022: «Ma petite sœur est bisexuelle et elle a fait un club à son école pour accueillir les jeunes de la diversité sexuelle et je trouve ça super cool! Moi aussi, j’ai le goût de m’impliquer, de pouvoir faire une différence, de monter des exemples positifs aux gens pour que ce soit plus visible, car ce n’est pas assez présent!

*À noter que cette publication constitue un extrait d’un texte plus long, à paraitre en juin dans le zine Portraits JVL 2022 des éditions saphiques du RLQ.

Gin Bergeron

« 𝐁𝐢𝐞𝐧 𝐪𝐮𝐞 𝐣𝐞 𝐧𝐞 𝐧𝐨𝐦𝐦𝐞𝐫𝐚𝐢, 𝐢𝐜𝐢, 𝐚𝐮𝐜𝐮𝐧𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐥𝐞𝐬𝐛𝐢𝐞𝐧𝐧𝐞𝐬 𝐚𝐯𝐞𝐜 𝐪𝐮𝐢 𝐣’𝐚𝐢 𝐣𝐨𝐮𝐞́, 𝐭𝐫𝐚𝐯𝐚𝐢𝐥𝐥𝐞́, 𝐦𝐢𝐥𝐢𝐭𝐞́, 𝐜𝐨𝐥𝐥𝐚𝐛𝐨𝐫𝐞́ 𝐞𝐭 𝐚𝐢𝐦𝐞́ (𝐩𝐚𝐫𝐜𝐞 𝐪𝐮’𝐢𝐥 𝐲 𝐞𝐧 𝐚𝐮𝐫𝐚𝐢𝐭 𝐛𝐞𝐚𝐮𝐜𝐨𝐮𝐩 𝐭𝐫𝐨𝐩), 𝐣𝐞 𝐭𝐢𝐞𝐧𝐬 𝐚̀ 𝐥𝐞𝐬 𝐡𝐨𝐧𝐨𝐫𝐞𝐫 𝐞𝐭 𝐚̀ 𝐥𝐞𝐬 𝐫𝐞𝐦𝐞𝐫𝐜𝐢𝐞𝐫 𝐭𝐨𝐮𝐭𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐜𝐡𝐚𝐜𝐮𝐧𝐞, 𝐩𝐚𝐫𝐜𝐞 𝐪𝐮𝐞 𝐣’𝐞𝐬𝐭𝐢𝐦𝐞 𝐪𝐮’𝐞𝐥𝐥𝐞𝐬 𝐦’𝐨𝐧𝐭 𝐧𝐨𝐮𝐫𝐫𝐢𝐞 𝐞𝐭 𝐚𝐢𝐝𝐞́𝐞 𝐚̀ 𝐞̂𝐭𝐫𝐞 𝐪𝐮𝐢 𝐣𝐞 𝐬𝐮𝐢𝐬. 𝐄𝐥𝐥𝐞𝐬 𝐟𝐨𝐧𝐭 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐞 𝐝𝐞 𝐦𝐨𝐢 𝐞𝐭 𝐣’𝐞𝐬𝐩𝐞̀𝐫𝐞 𝐟𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐞 𝐮𝐧 𝐩𝐞𝐮 𝐝’𝐞𝐥𝐥𝐞𝐬… »

*À noter que cette publication constitue un extrait d’un texte plus long, à paraitre en juin dans le zine Portraits JVL 2022 des éditions saphiques du RLQ.

Martine Michel

En 1986, Martine Michel a immigré au Québec ; c’était le début d’une deuxième vie. Alors dans la trentaine, fraîchement débarquée à Montréal, elle s’est immergée dans la communauté des lesbiennes radicales, de l’École Gilford à la revue Amazones d’hier, lesbiennes d’aujourd’hui.

*À noter que cette publication constitue un extrait d’un texte plus long, à paraitre en juin dans le zine Portraits JVL 2021 des éditions saphiques du RLQ.

Sarahmée - Prix Visibilité

« J’ai dû aussi apprendre à naviguer avec certaines choses, du fait d’être ouvertement LGBTQ, et d’amener ça dans ma vie publique, parce que j’étais tannée de ne pas être 100 % qui j’étais. Juste d’en parler dans les entrevues, de le nommer, ça m’a beaucoup libérée. J’ai senti que ça ouvrait un dialogue et que les répercussions négatives n’étaient pas vraiment là, qu’il y avait plus de peur qu’autre chose. Ça fait partie de moi de vouloir être acceptée et je pense que je ne suis pas la seule, donc si ça peut amener un peu de lumière chez d’autres personnes, je suis contente. »

*À noter que cette publication constitue un extrait d’un texte plus long, à paraitre en juin dans le zine Portraits JVL 2022 des éditions saphiques du RLQ.

Lani Trilène

« 𝐋𝐚 𝐉𝐕𝐋 𝐞𝐬𝐭 𝐭𝐨𝐮𝐣𝐨𝐮𝐫𝐬 𝐝’𝐚𝐜𝐭𝐮𝐚𝐥𝐢𝐭𝐞́, 𝐜𝐚𝐫 𝐥𝐞𝐬 𝐝𝐢𝐬𝐜𝐨𝐮𝐫𝐬 𝐜𝐡𝐚𝐧𝐠𝐞𝐧𝐭, 𝐦𝐚𝐢𝐬 𝐥𝐞 𝐬𝐢𝐠𝐥𝐞 𝐋𝐆𝐁𝐓𝐐+ 𝐞𝐬𝐭 𝐞𝐧𝐜𝐨𝐫𝐞 𝐥𝐚̀ : 𝐜𝐡𝐚𝐪𝐮𝐞 𝐥𝐞𝐭𝐭𝐫𝐞 𝐚̀ 𝐬𝐚 𝐩𝐥𝐚𝐜𝐞. 𝐄𝐧𝐥𝐞𝐯𝐞𝐫 𝐝𝐞𝐬 𝐥𝐞𝐭𝐭𝐫𝐞𝐬, 𝐜𝐞 𝐬𝐞𝐫𝐚𝐢𝐭 𝐞𝐧𝐥𝐞𝐯𝐞𝐫 𝐚𝐮𝐱 𝐩𝐞𝐫𝐬𝐨𝐧𝐧𝐞𝐬 𝐥𝐚 𝐩𝐨𝐬𝐬𝐢𝐛𝐢𝐥𝐢𝐭𝐞́ 𝐝𝐞 𝐬𝐞 𝐝𝐞́𝐟𝐢𝐧𝐢𝐫 𝐜𝐨𝐦𝐦𝐞 𝐞𝐥𝐥𝐞𝐬 𝐯𝐞𝐮𝐥𝐞𝐧𝐭. »

*À noter que cette publication constitue un extrait d’un texte plus long, à paraitre en juin dans le zine Portraits JVL 2022 des éditions saphiques du RLQ.

Chloé Viau

À 71 ans, Chloé Viau a un parcours impressionnant. Celle qui se définit comme une femme aînée trans lesbienne est en union libre, mais il serait juste d’affirmer qu’elle est mariée au militantisme depuis plusieurs années !

*À noter que cette publication constitue un extrait d’un texte plus long, à paraitre en juin dans le zine Portraits JVL 2021 des éditions saphiques du RLQ.

Réseau des lesbiennes du Québec - Julie Antoine

𝐋𝐞 𝐑𝐋𝐐 𝐚 𝐭𝐨𝐮𝐣𝐨𝐮𝐫𝐬 𝐠𝐫𝐚𝐯𝐢𝐭𝐞́ 𝐚𝐮𝐭𝐨𝐮𝐫 𝐝𝐞𝐬 𝐉𝐨𝐮𝐫𝐧𝐞́𝐞𝐬 𝐝𝐞 𝐕𝐢𝐬𝐢𝐛𝐢𝐥𝐢𝐭𝐞́ 𝐋𝐞𝐬𝐛𝐢𝐞𝐧𝐧𝐞 𝐝𝐞𝐩𝐮𝐢𝐬 𝐬𝐚 𝐜𝐨𝐧𝐬𝐭𝐢𝐭𝐮𝐭𝐢𝐨𝐧. 𝐄𝐧 𝐞𝐟𝐟𝐞𝐭, 𝐥𝐞 𝐑𝐋𝐐 𝐜𝐨𝐦𝐦𝐞𝐧𝐜𝐞 𝐚̀ 𝐬’𝐢𝐦𝐩𝐥𝐢𝐪𝐮𝐞𝐫 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐥𝐚 𝐉𝐕𝐋 𝐚𝐮𝐩𝐫𝐞̀𝐬 𝐝𝐞 𝐫𝐞𝐠𝐫𝐨𝐮𝐩𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭𝐬 𝐨𝐫𝐠𝐚𝐧𝐢𝐬𝐚𝐭𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐚̀ 𝐭𝐢𝐭𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐞𝐧𝐚𝐢𝐫𝐞. 𝐎𝐧 𝐜𝐨𝐦𝐩𝐭𝐞𝐫𝐚 𝐝’𝐚𝐢𝐥𝐥𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐬𝐚 𝐩𝐚𝐫𝐭𝐢𝐜𝐢𝐩𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐚̀ 𝐥𝐚 𝐭𝐨𝐮𝐭𝐞 𝐩𝐫𝐞𝐦𝐢𝐞̀𝐫𝐞 𝐉𝐕𝐋 𝐨𝐫𝐠𝐚𝐧𝐢𝐬𝐞́𝐞 𝐩𝐚𝐫 𝐈𝐧𝐭𝐞𝐫𝐥𝐢𝐠𝐧𝐞 𝐞𝐧 𝟐𝟎𝟎𝟓, 𝐩𝐮𝐢𝐬 𝐜𝐞𝐥𝐥𝐞𝐬 𝐨𝐫𝐠𝐚𝐧𝐢𝐬𝐞́𝐞𝐬 𝐞𝐧 𝐚𝐥𝐭𝐞𝐫𝐧𝐚𝐧𝐜𝐞 𝐩𝐚𝐫 𝐥𝐞 𝐆𝐑𝐈𝐒-𝐌𝐨𝐧𝐭𝐫𝐞́𝐚𝐥 𝐞𝐭 𝐈𝐧𝐭𝐞𝐫𝐥𝐢𝐠𝐧𝐞 𝐝𝐞 𝟐𝟎𝟎𝟔 𝐚̀ 𝟐𝟎𝟎𝟗.

*À noter que cette publication constitue un extrait d’un texte plus long, à paraitre en juin dans le zine Portraits JVL 2022 des éditions saphiques du RLQ.

Bernadette

C’est également à Dakar qu’elle a amorcé son incursion dans le militantisme LGBT auprès de l’organisation Aides Sénégal. « Je ne connaissais pas d’organisation LGBT dans mon pays, car tout le monde se cachait. On ne veut pas que la société et nos familles le sachent, c’est passible de cinq ans de prison », souligne Bernadette qui, malgré les risques, n’a pas hésité à devenir porte-parole des revendications lesbiennes, une population invisible.

*À noter que cette publication constitue un extrait d’un texte plus long, à paraitre en juin dans le zine Portraits JVL 2021 des éditions saphiques du RLQ.

Julie Fortier

« Bien sûr, je m’affiche comme lesbienne, avec mon ex et mon fils, et ça prend souvent la forme d’éducation populaire. Par exemple, à la garderie d’un petit village, on devient vite étiquetées comme les deux mamans… » Julie Fortier

*À noter que cette publication constitue un extrait d’un texte plus long, à paraitre en juin dans le zine Portraits JVL 2021 des éditions saphiques du RLQ.